Jusqu'à présent, lorsqu'une personne à la maison voulait prendre son vélo, il lui fallait en déplacer 3 ou 4.

Très fréquemment, on entendait banggggbanlangshchlingchdongchdong!!! Je retrouvais par terre une pile de vélos emmêlés les uns dans les autres, les pédales coincées dans les rayons, les guidons ficelés par les câbles de frein... A croire que nos vélos déchaînés s'étaient battus entre eux, des heures durant, jusqu'à en tomber épuisés (mais pas crevés, héhé!). Je vous avoue que ce champ de bataille perpétuel dans le jardin me mettait dans des états indescriptibles.

Quand soudainement, contre toute attente, mon paléographe chéri a daigné lever les yeux du cadastre napoléonien pour se pencher sur cette question bassement matérielle. Rare. Quand cela lui arrive, il faut l'encourager à agir promptement car l'enthousiasme retombe vite. Bref, Monsieur a pris les choses en main et, en deux temps trois mouvements (juste le temps d'une petite pause pour s'aérer les neurones), il est parti acheter des arceaux pour vélos!

009

On trouve cet objet dans les grandes surfaces de bricolage. Par groupe de 2,3,4 ou 5 arçeaux. Il est possible de les fixer au sol mais cela n'est pas indispensable. Les nôtres sont simplement posés : ça tient! De toutes façons, le paleo était retourné à ses microtoponymes, il n'y avait plus rien à en tirer.

arceaux0

Désormais nos vélos sont au "Garde à vous"! Regardez comme ils sont disciplinés!

Bon, mon chéri, tu sais qu'il y a encore le placard de la cuisine à fixer au mur (1 an d'attente), le store de la porte du jardin (3 ans), la corde à linge à raccrocher au plafond de la cave (15 jours), la tringle à rideau dans la chambre de Jeannette (3 ans et demi), le couvercle de la cuvette des wawa à revisser (1 mois) et quelques portes de placards à moitié décrochées. Quand tu auras un moment...