Tous les trois ans.

C'est une promesse, une gageure que nous nous efforçons de tenir, Monsieur et moi! Il y a donc eu Rome 1997 (notre voyage de noce), Rome 2000 (pour l'année sainte), Rome 2003 (avec des amis), Rome 2006 (avec notre fille aînée), Rome 2009 (avec nos trois aînés). Entre temps, M. s'est rajouté un Rome 2007 avec Thomas, mais je n'y étais pas... donc cela ne pouvait pas compter!

Notre programme varie assez peu d'une fois sur l'autre : l'incontournable pélérinage des 4 basiliques majeures, les quartiers du Panthéon et de la Place Navone, le Trastevere, le Janicule, les forums, le musée du Vatican, la place d'Espagne, la Villa Borghèse, beaucoup beaucoup d'églises... etc etc. Tout a pedibus. Ni bus, ni métro!

La basilique Saint-Pierre. La visite des fouilles sous la basilique est passionnante et je vous la recommande vivement si vous allez à Rome (Il faut réserver 1 mois avant, au minimum) : elle permet, après avoir traversé une belle nécropole païenne, d'approcher au plus près du lieu où fut déposé le corps martyrisé de saint Pierre, à 10m sous l'autel papal. Pour un catholique, en plus d'être instructive, cette visite est profondément émouvante.

De belles crèches admirées dans les églises.

Les façades romaines avec leur crépis ocre ont revêtu leur parure automnale.

Au fil de nos promenades, nous parcourons la Rome antique, la Rome chrétienne et la Rome baroque.

Un autre pélérinage incontournable : Giolitti, Della Palma, San Crispino (les trois "gelateria majeures"!). Avec une température avoisinant les 20° (fin décembre), une petite glace, ce n'est pas désagréable! (C'est la dolce vita!)

Depuis qu'ils ont vu le film "Vacances romaines", ces deux-là rêvent de sillonner Rome sur l'une de ces machines (une avec un petit toit de préférence, c'est plus fun d'après eux!) et les scooters à Rome, il y en a partout!

Une petit tradition très prisée des touristes veut que l'on jette une pièce dans la fontaine de Trévi en faisant le voeu de revenir à Rome. Les enfants ne se sont pas faits prier (dans le genre, ils sont parfois pires que les Japonais!). Je peux donc programmer un prochain billet sur Rome... pour 2012!