Aladar Korosfoi-Kriesch, le Jour des Morts, Budapest

Notre jardin jouxte le vieux cimetière du village et cet après-midi, nous sommes allés y faire une promenade. Il a revêtu sa tenue de saison, la plus belle : feuilles mortes tapis de lumière et chrysanthèmes flamboyants sur les tombes. Chaque année, il me tient à coeur d'aller déambuler dans un cimetière le 2 novembre peu importe si nous n'y connaissons personne. C'est une bonne occasion de parler de la mort et des fins dernières avec les enfants. Ces derniers ne sont pas avares de questions sur le sujet qui pour eux n'est pas triste. On parle aussi des arrières-grands parents décédés qu'ils ont plus ou moins connus, des "Morts pour la France", des très jeunes enfants dont on lit le prénom sur de petites tombes de cailloux blancs, des sépultures sans croix de plus en plus nombreuses, etc.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen